Tag Archives: oise

Bonne orientation !

http://alexismancel.fr/wp-content/uploads/2017/03/IMG_2760.jpg

Pensées pour les 250 000 élèves lycées de la région Hauts-de-France qui jusqu’à ce soir, choisiront leur orientation.

C’est une décision importante mais malgré tout relative.

Je suis persuadé que le monde d’aujourd’hui nous invite et nous incite à constamment apprendre, à nous former sans cesse aux évolutions exponentielles de notre société.
Le temps des carrières longues est révolu et les lycées de la promotion 2017 savent déjà qu’ils changeront plusieurs fois de voies. Il est fort possible qu’ils échoueront mais pas d’inquiétude, l’échec est formateur. Ils se relèveront pour trouver in fine leur place. Ils y forgeront un savoir faire dont ils seront les seuls propriétaires.
L’Etat je l’espère saura les accompagner en les libérant, en les soutenant et en les formant perpétuellement car ils devront sans cesse s’adapter aux métiers de demain.
C’est aussi à nous, élus régionaux, de nous mobiliser à leurs côtés car notre plus grande responsabilité reste de leur garantir un meilleur avenir que le notre.

Tous à Noailles le 7 novembre pour écouter Bruno Le Maire !

image1-1

Inscription en cliquant ici 

5 Raisons de voter Bruno Le Maire

1re raison : le Renouveau

Les élections se suivent et le fossé entre les électeurs et les responsables politiques se creusent de plus en plus. Lors des élections régionales de décembre dernier, le rejet de l’ancien régime n’a jamais été aussi cinglant. Il s’est incarné par une forte abstention et un vote Front National sans précédent, comme dans le département de l’Oise.

C’est une erreur de penser que les Français en ont assez de la politique. C’est une mauvaise interprétation que de croire qu’ils adhèrent aux idées des partis extrémistes. Ils en ont tout simplement assez qu’on leur demande de changer quand les politiques ne changent jamais.

Voilà pourquoi nous avons besoin aujourd’hui de quelqu’un de nouveau et qui ne s’inscrive pas dans la même politique qui est menée depuis des dizaines d’années. Le seul véritable nouveau de cette élection, c’est BRUNO LE MAIRE.

2e raison : Seul à proposer une révolution démocratique

Pour créer les conditions d’une confiance renouvelée avec la classe politique, il faut impérativement imposer une série de mesures que seul Bruno Le Maire porte depuis des années. Il est par ailleurs le seul à se les appliquer à la lettre.

Cette révolution démocratique sera votée le 18 juin par référendum au lendemain de l’élection présidentielle et s’axera sur quatre points importants.

C’est d’abord l’abolition du cumul des mandats en nombre mais également dans le temps afin d’assurer un meilleur renouvellement des responsables politiques au lieu d’avoir toujours les mêmes. Dans l’Oise, il est vrai que de nombreux élus devront faire des choix.

Il s’agit également d’obliger les hauts-fonctionnaires à démissionner de la fonction publique afin que la politique ne soit pas constamment verrouillée aux mains d’une élite qui dès qu’elle arrête la politique, retrouve automatiquement son poste initial. Aucun salarié du privé ne peut accepter une telle injustice.

La révolution démocratique c’est aussi la transparence : tous les candidats à une élection devront présenter un extrait de leur casier judiciaire. C’est dans l’intérêt de l’électeur de connaitre la probité des candidats qui se présentent à lui.

Paradoxalement, nous sommes le pays au monde qui détient le plus d’élus mais nous avons les habitants qui se sentent les moins représentés. Il est donc temps de simplifier et faire des économies indispensables sur les élus en supprimant les sièges de plus de 300 parlementaires.

Enfin la révolution démocratique c’est savoir se présenter à une élection avec une feuille de route extrêmement claire. C’est le cas du Contrat Présidentiel de Bruno Le Maire qui est une bible de plus de 1 000 pages présentant les moindres détails de la politique qu’il mettra en place. Ce document est consultable sur son site internet. Aucun candidat à une élection n’a jamais été aussi loin dans la clarté d’un programme électoral et d’une méthode de gouvernance.

3e raison : un projet dont le ciment est l’éducation

Nous faisons tous le constat que nous manquons le grand rendez-vous de l’éducation et à tous les étages. La situation dans l’Oise est très inquiétante, plus de 20% des élèves de CM2 ne maitrisent pas les compétences en langue et 30% en mathématiques et en sciences. Bruno Le Maire propose d’agir urgemment en recentrant l’école primaire sur les fondamentaux culturels et sur la langue française. Tout en revalorisant le rôle des professeurs, cela passe en premier lieu par un encadrement et un temps d’enseignement plus importants. Bruno Le Maire est le seul qui ait autant travaillé sur l’éducation. Il est notamment venu dans l’Oise en 2015 pour rencontrer des proviseurs et des enseignants avec qui il a conçu sont projet.

Il s’est également positionné avec force contre la réforme des rythmes scolaires du gouvernement. Il en a profité pour bâtir son projet de fin du collège unique en proposant un collège diversifié qui respecte les différences des élèves et dans lequel  l’intelligence de la main vaut celle de l’esprit.

4e raison : l’Homme

Bruno Le Maire est sans conteste la personnalité la plus droite, la plus courageuse et la plus cultivée des candidats à cette élection.

A l’inverse de ses concurrents, Bruno Le Maire assume une constance totale dans ses idées. Il ne cède pas aux tactiques politiciennes qui consistent à manipuler les foules en fonction de ce qu’elles veulent entendre. Il sait prendre du recul en dressant les bilans de ses réussites et les conclusions de ses échecs.

Sans en avoir été au sommet, il maitrise parfaitement bien le fonctionnement de notre Etat. Son expérience et sa détermination sont deux éléments clés pour lui permettre de réformer la France de fond en comble.

Il s’est aussi inscrit comme le candidat du terrain en réalisant 500 déplacements depuis la défaite de la droite en 2012. Il est allé à la rencontre de tous les Français pour bâtir son projet avec eux en se positionnant fortement sur des sujets qui les inquiètent comme l’école, le RSI, la sécurité nationale ou encore la défense de notre agriculture.

Dans l’Oise, il reste le ministre préféré des agriculteurs car il leur a dit exactement ce qu’il pouvait et ne pouvait pas faire. C’est une qualité rare en politique.

 5e raison : Ne perdons pas 5 ans en faisant un choix par défaut

Le duel qu’on nous impose est malheureusement unique au monde. Il est symptomatique d’un système dépassé, un triste revers démocratique. Il se résume entre un ancien Président de la République et un ancien Premier Ministre. L’un est fortement rejeté et l’autre recueille par défaut les voix de son concurrent désavoué. Si l’on devait élire un Président faible, on pourrait difficilement s’y prendre autrement.

La tendance bascule et les sympathisants de la droite et du centre se rendent bien compte aujourd’hui qu’il y a une autre voix qui peut l’emporter. Ils ne veulent pas faire un choix du passé et savent que rien n’est joué dans cette élection.

A l’inverse, Bruno Le Maire est compatible avec toutes les sensibilités de droite et du centre. Il a cette incroyable capacité de ne pas être catégorisé sur l’échiquier politique et c’est ce qui fait de lui le candidat du rassemblement. Il dispose de l’énergie de l’un et de la stature de l’autre.

Bruno Le Maire Président, c’est la garantie d’un vote d’adhésion à l’égard d’un Homme qui grâce à l’idée qu’il se fait de France, saura revaloriser la fonction suprême et renouer la confiance avec tous les français.

 

Je m’interroge sur le désengagement de l’Etat à propos de la recherche

François Hollande avait promis de sanctuariser la recherche, il fait tout le contraire !

J’ai pris la parole au Conseil Régional pour dénoncer le nouveau reniement du gouvernement sur la recherche en se désengagement de cette compétence. L’Etat n’arrive plus à faire, alors il ne fait plus !

Bien que nous en soyons habitués, voilà deux sujets et non pas des moindres sur lesquels l’Etat souhaite, une fois de plus, se désengager.
Force est de constater que par excès d’amateurisme, l’Etat n’arrive plus à faire, alors il ne fait plus.
Tout d’abord et vous l’avez entendu, le désengagement de l’Etat se matérialise par un retrait de 256 millions d’Euros aux Universités et aux principaux organismes de recherche.
Voilà une véritable décapitation des crédits dédiés à la recherche et à l’enseignement supérieur quand on sait que cette somme représente un quart du budget global.
Mais rassurez-vous chers collègues, François Hollande a fait de l’effort de recherche ce qu’il fait de sa réélection, une priorité nationale.
Qui dans cette assemblée peut affirmer qu’une telle baisse ne viendra pas assommer l’effort de recherche dans notre pays, (encore hautement réputé aujourd’hui) ?
Voilà un reniement de plus de la parole de François Hollande qui disait sanctuariser le budget recherche il y a un encore an.
Nous ne manquerons pas de lui transmettre la tribune en date de lundi rédigée par 7 prix nobel qui affirment que les incidences sur le financement des projets de recherche seront désastreuses et craignent je cite « un suicide scientifique et industriel », rien de moins !
Le deuxième sujet porté par ce vœu, c’est la remise en question de la gouvernance et des moyens affectés aux Pôles de Compétitivité.
Si l’Etat considère que l’animation des pôles doit aller aux Régions, nous refusons que cela soit un prétexte pour porter atteinte au budget l’année précédant le transfert de compétence.
Par ailleurs, il serait insupportable que les Régions soient demain les seuls financeurs.
Est-il possible d’affirmer que les pôles de compétitivité pourront fonctionner normalement alors que l’Etat ampute ses aides aux pôles et que ces pôles se tourneront vers les Régions qui en assureront demain le pilotage ?
Il n’en demeure pas moins que si demain l’Etat se retire, nous avons à ce jour aucune espèce d’information et nous demandons une clarification au plus vite.
Nous pouvons entre autre être fiers dans notre région Hauts-de-France pouvoir sur le formidable pole de l’institut Jean-Baptiste Lasalle à Beauvais mais qui bientôt, si rien n’est fait, se retrouvera en première ligne de ces innombrables abjurations.
Notre Groupe les Républicains et Apparentés votera le vœu du Groupe UDI-Union centriste en ce qu’il traduit une situation très préoccupante et qu’en bout de chaîne c’est bien l’emploi qui risque d’en souffrir et cela, nous le refusons !

Vis ma vie d’Artisan

Ce matin, j’ai souhaité participer à la Semaine Nationale de l’Artisanat et l’opération « Vis ma vie d’Artisan ».

J’ai eu le plaisir et l’intérêt d’échanger avec de nombreux artisans du Vexin qui font le quotidien des habitants de notre région:
  • Monsieur Harrois Christophe de Harrois Espaces Verts à Thibivillers
  • Monsieur Vico Jérémie du garage Vico de Chaumont-en-Vexin
  • Madame Laetitia Dorey de salon de coiffure Espace Création Laetitia de Chaumont-en-Vexin
  • Madame Catherine Morel de salon esthétique Beauté détente de Chaumont en Vexin
Nous avons pu échanger sur de nombreux sujets, notamment sur les incertitudes à venir pour l’année 2016 en terme de clientèle ou de carnets de commande. Bien que plutôt en bonne santé, l’artisanat du Vexin connait des résultats en dents de scie.
 
Cette opération est une occasion privilégiée pour les élus de prendre le pouls de ceux qui font le quotidien des habitants de la région. 
 
Concurrencés par les services entre particuliers, les artisans se professionnalisent de plus en plus pour apporter une vraie plus-value à leurs clients. Ils doivent dès lors faire face à de vraies problématiques de recrutement pour trouver des salariés et notamment des apprentis qui puissent correspondre à leurs besoins. Dans de nombreux cas, les salariés ne sont pas formés aux métiers à pourvoir. Les artisans rencontrés ont aussi évoqué l’ingratitude persistante notamment chez les jeunes apprentis qui profitent des formations dispensées au sein de l’entreprise puis décident de la quitter une fois le savoir acquis. 
 
Par ailleurs une des inquiétudes majeures des artisans concerne les mises aux normes souvent totalement démesurées par rapport aux moyens dont disposent les entreprises. 
 
Enfin, nous avons pu faire le constat qu’il ne manquait pas grand chose pour que chacune des entreprises visitées recrute un salarié supplémentaire mais la pesanteur administrative et les risques financiers en cas de mauvais recrutement sont sans aucun doute les freins les plus importants à l’emploi.
IMG_2227 IMG_2228 IMG_2238

La Maison Familiale et Rurale de Saint-Sulpice est un exemple à suivre !

Belle journée d’actions sur la circonscription en commençant par une permanence très intéressante à Grandvilliers bien accueillie par son mairJacques Larcher .

Déjeuner et visite du nouveau Mac Donald de la ville qui est un atout emploi pour le territoire. Passage au convivial repas des aînés d’Halloy en compagnie de son excellent maire Gilles Boyenval.

Visite ensuite de la formidable Maison familiale et rurale de Saint-Sulpice puis assemblée générale de l’aéroclub du Beauvaisis où j’ai remis deux récompenses!

10628254_10153964992318698_7601555425379848267_n 12821574_10153964992373698_353256339058668378_n 10402067_10153964992503698_4822591106003304387_n 12814658_10153964992643698_2174662346840986915_n 10391825_10153964992683698_7529039902362373618_n 12798959_10153964992768698_4229245633138761769_n 12049714_10153964992793698_3715976623837981068_n

10525658_10153964994648698_3419839141690370066_n

Succès pour l’opération « Région, j’écris ton nom »

La fusion du Nord Pas-de-Calais et de la Picardie est l’occasion unique de donner un nouveau nom à notre région. Il est vrai que ni l’une ni l’autre des deux régions ne jouissent d’une très bonne image à travers le pays. Quoi de mieux pour repartir sur de meilleures bases qu’un nouveau baptême ?

Notre région est la plus jeune de France. Avec un habitant sur trois en dessous de 25 ans, notre équipe régionale a souhaité qu’il revienne aux jeunes lycéens de choisir le nom de leur région.

Le nom devant être trouvé pour notre séance plénière du 14 mars, nous avons organisé la grande consultation dans des délais très courts, du 22 février au 4 mars. La plupart des chefs d’établissement ont répondu favorablement à cette consultation et ont procédé de façon totalement autonome à des sondages, des réunions de travail ou d’autres rencontres pour solliciter les élèves.

Par ailleurs, les Conseillers Régionaux se sont fortement impliqués dans cette opération en intervenant directement au sein des lycées volontaires.

J’ai notamment pu venir à la rencontre des lycéens de Félix Faure, Paul Langevin ou encore du Saint-Esprit à Beauvais. L’accueil formidablement chaleureux du personnel des établissements mais également des élèves a fait de cette opération une vraie réussite. Sous forme de grandes réunions comme dans le Lycée Félix Faure, ou en échanges resserrés avec les délégués de classe comme à Paul Langevin ou au Saint-Esprit, les élèves se sont particulièrement impliqués et ont été sensibles à notre visite. C’est d’ailleurs pour la quasi-totalité d’entre eux la première fois qu’il rencontrait un élu régional, l’occasion d’aborder d’autres thèmes comme leur orientation professionnelle ou même la politique en générale.

Parmi les nombreuses propositions des lycéens, des suggestions originales comme « Chticardie / Nordcardie » ou plus classiques « Nord » ont été débattues en prenant en compte l’héritage historique, culturel et économique de notre région. Les jeunes élèves déjà tournés vers le monde ont bien noté l’importance d’avoir un nom « facile à exporter et à prononcer en Anglais ». Les lycéens du Beauvaisis, davantage tournés vers Paris, se sont dits eux prêts à abandonner les mots Nord et Picardie.

C’est finalement « Hauts-de-France » qui semble faire consensus. Valorisant pour certains, facile à prononcer et à repérer pour d’autres, les nombreux lycéens semblent avoir fait leur choix. Reste à savoir si ce choix sera le même que leurs camarades du Nord!

Dans l’exercice de mes responsabilités régionales, j’ai également profité de ces visites d’établissements pour faire un point avec les proviseurs mais également l’ensemble du personnel sur les thèmes qui touchent directement la région, à savoir l’entretien ou encore les politiques éducatives comme par exemple, les échanges internationaux aujourd’hui nécessaire pour la jeunesse.

IMG_1956 IMG_1966 IMG_2045 IMG_2046 FullSizeRender

Serans, nous y sommes !

Serans, les confins de l’Oise et la porte d’entrée de notre région Nord Pas-de-Calais Picardie, nous y sommes !

J’ai eu un plaisir immense de transmettre mes voeux et d’échanger avec la centaine d’habitants de cette merveilleuse commune rurale du sud-ouest de l’Oise. Sentiment d’abandon, problématiques de transport et aberrations de zones limitrophes régionales sont les enjeux de Serans et semblables à toutes les communes des extrémités de notre territoire. Avec les collectivités voisines, nous allons agir très concrètement sur le quotidien des habitants en mutualisant par exemple davantage de services publiques. Oublions les frontières de nos régions et soyons pragmatiques sur les bassins de vie de nos concitoyens!12524096_10153839514788698_1594701010935420082_n 1909918_10153839514438698_1396352659994190417_n

Dès lundi, Au Travail avec Xavier Bertrand


bandeau_XB.jpg

Plus de 500 déplacements pour notre candidat. Dans notre circonscription, nous avons fait des réunions dans tous les cantons, chez les habitants, nous sommes allés à votre rencontre sur les marchés, dans les gares, dans vos villes, nous sommes venus toquer à vos portes, visité vos entreprises ou encore organisé des tables rondes.

Nous avons été à votre écoute, tout simplement, dans le seul et unique but de vous proposer des solutions pour votre vie quotidienne et votre avenir.

Dimanche, ne laissez personne voter à votre place, mettez notre région Au Travail !

Notre région Au Travail, c’est donner un coup de main à ceux qui donnent du travail et à ceux qui en cherchent .

Notre région Au Travail, c’est récompenser et soutenir ceux qui se donnent du mal pour aller travailler.

Notre région Au Travail, c’est donner à la ruralité toute sa place dans notre identité régionale.

Notre région Au Travail, c’est préparer efficacement tous les jeunes à un bon métier.

Notre région Au Travail, c’est privilégier la solidarité juste à l’assistanat pour ne laisser personne en dehors du chemin

Notre région au Travail, c’est assurer à nos aînés toute leur place au milieu de nous.

Notre région Au Travail, c’est assurer la sécurité et le confort de ses habitants lorsqu’ils travaillent ou se rendent au travail

Notre région Au Travail, c’est lancer une série de grands projets à long terme qui garantiront le développement de notre région et l’épanouissement de ses habitants

Notre région Au Travail, c’est être profondément attaché à ce qui a forgé notre histoire sur nos terres, l’agriculture et l’industrie

Notre région Au Travail, c’est accompagner tous les acteurs associatifs et culturels qui sont au cœur de l’animation de nos territoires

Notre région Au Travail, c’est respecter ses électeurs en participant à toutes les séances du Conseil Régional et en tenant des permanences régulières pour être à l’écoute de ses concitoyens.

Notre région Au Travail, c’est faire honneur à la politique en proposant un projet précis sur lequel ses défenseurs pourront être jugés.

Notre région Au Travail, c’est rassembler dans le respect de chacun et ne pas dresser les uns contre les autres.

Dimanche, rassemblons dans notre diversité autour de notre région, votons Au Travail avec Xavier Bertrand !

A votre entière disposition,

Alexis Mancel
06.52.42.80.33 alexismancel@gmail.com

1 2 3 4