Coulée de boue de Valdampierre: un immobilisme déplorable

Suite à un violent orage qui a frappé la commune Valdampierre le 20 septembre,  une coulée de boue digne d’un déferlement de haute mer s’est déversée dans les rues. Un véritable dévaste pour le village et ses habitants qui pour certains d’entre eux se sont retrouvés envahis par un mur gisant de boue allant jusqu’à 1m20.

Les élus ont dû faire face, notamment mon ami Guillaume Gaudé qui a pris ses responsabilités sur le terrain pour tenter d’apaiser, de rassurer et de réparer, malgré leur ampleur, les dégâts causés par cette catastrophe. Il faut rendre hommage aux élus et au maire Eddie Vandenabeele qui ont tout fait pour accompagner les habitants dans cette épreuve.

Néanmoins, il y a une chose que je voudrais souligner et qui fait l’objet de mon article, c’est l’immobilisme consternant de la commission nationale de classification. Cette dernière, missionnée depuis le lendemain de la catastrophe n’avait hier, toujours pas classé cette tragédie en catastrophe naturelle. Cette terminologie n’a pas qu’un titre administratif, elle est l’élément indispensable sur lequel repose tous les dossiers déposés par les habitants à leur compagnie d’assurance. C’est par cette classification que les habitants seront indemnisés des dégâts engendrés par cette catastrophe.

Il convient de dire que nous sommes dans une société civilisée, mais comment peut-on faire attendre pendant 1 mois et 9 jours des habitants, laissés-pour-compte, dans la souffrance la plus totale suite aux nombreuses pertes qu’ils sont subies. C’est un cas d’extrême urgence,  aucun fond n’a été débloqué et c’est absolument scandaleux. La commune de Valdampierre a cependant pu compter sur les nombreux dons de particuliers, de collectivités, d’aides des associations et évidemment, du courage de ses habitants.

Nous ne sommes jamais à l’abri d’une catastrophe naturelle. Aujourd’hui, il est plus que nécessaire que les procédures de classification puissent être menées urgemment quand il s’agit d’une détresse foudroyante comme celle des habitants de Valdampierre. Courage à eux !