Category Archives: Passion

Je serai le candidat de la force du terrain

Madame, Monsieur,

Cher(e) ami(e),

J’ai décidé de présenter ma candidature aux élections législatives des 11 et 18 juin prochains pour devenir, avec votre confiance, votre Député.

Ayant grandi ici en Picardie et plus particulièrement à Beauvais, j’aurai 28 ans le 14 juillet prochain. Je suis salarié d’une entreprise française née beauvaisienne et spécialisée dans l’aménagement urbain, où j’exerce le métier de chargé de développement.

Depuis mon enfance, je suis très attaché à notre circonscription et aux communes qui la composent. J’y ai fait du sport, appris la musique, parcouru ses manifestations locales ou encore participé à la vie de ses nombreuses associations. Ses atouts, je les revendique fièrement. J’aime son caractère rural et la beauté de ses paysages que vous connaissez. J’aime son dynamisme grâce à ses nombreux acteurs locaux. Conscient que vos aspirations dans le nord du canton de Grandvilliers sont différentes de celles du sud du canton de Chaumont-en-Vexin ou du Beauvaisis, je serai le Député de chacune et chacun d’entre vous, sans exception.

Les élections présidentielles qui viennent de s’achever ont montré un grand désir de renouvellement des pratiques politiques et la volonté profonde manifestée par les électeurs d’un changement de génération. C’est pour respecter ce souhait exprimé démocratiquement que Jean-François Mancel, notre Député sortant, a fait le choix de ne pas se représenter. Vous connaissez bien son action inlassable au service de notre territoire. Je salue sa décision et le remercie de tout ce qu’il a mis en œuvre pour vous aider dans votre vie quotidienne. Il m’a appris à respecter mon prochain et à aimer la France.

J’ai choisi d’être candidat en homme libre. Faute d’arguments, mes détracteurs parleront sans doute d’ « héritage » mais je tire au plus profond de moi-même mon engagement au service de mes concitoyens et de leurs attentes. Je ne vis pas de la politique et vous représenter n’est pas une décision que je prends à la légère, surtout lorsqu’il s’agit de mettre de côté mon actuelle profession qui me passionne et dont j’ai tant appris. Mais c’est bien parce que j’ai reçu clairement le message exprimé lors de l’élection présidentielle que je me présente, devant vous, avec toute ma sincérité.

Cette candidature est d’abord celle d’un homme d’action, comme je le suis sur le terrain à vos côtés depuis 2014, d’abord à Noailles comme conseiller municipal, puis comme Conseiller Régional des Hauts de France auprès de Xavier Bertrand. Pour moi, la politique doit parler à tous et ne doit en aucun cas être déconnectée des Français et de leurs préoccupations. Elle se vit chaque jour, au milieu de vous, pour vous représenter et faire porter votre voix.

Fidèle à mes valeurs et à vos côtés, je souhaite incarner cette nouvelle génération qui garantira concrètement votre sécurité, assurera l’avenir de vos enfants dans l’unité de la famille et rétablira enfin le plein emploi dans notre pays. C’est le sens profond de mon engagement.

Etre au clair sur les valeurs que l’on défend n’interdit pas, bien au contraire, de s’unir autour des sujets qui touchent à l’essentiel. La lutte contre le terrorisme, la place de la France dans le monde, la défense de notre agriculture et la protection de nos ainés sont autant de causes qui méritent d’être portées par tous avec détermination, quelle que soit notre sensibilité politique.

Depuis 30 ans, les Français ont changé alors que les responsables politiques sont restés les mêmes. Si l’on veut renouer le lien entre la politique et les Français, il est temps qu’elle se modernise et qu’elle soit exemplaire. Je crois que la politique ne doit plus être une carrière, qu’il faut limiter les mandats, réduire le nombre des parlementaires et des membres du gouvernement ainsi que leurs privilèges comme le régime des retraites qu’il faut aligner sur le régime commun. Dans mon action quotidienne, je vous rendrai régulièrement des comptes sur mon action locale et nationale grâce à un contact permanent notamment via les réseaux sociaux. Je m’imposerai la transparence dans l’exercice de mon mandat, créerai un « Conseil de circonscription » représentatif des habitants de notre territoire et organiserai des consultations régulières sur les projets soumis à l’Assemblée Nationale.

Pendant cette campagne électorale, je donnerai toute mon énergie pour vous redonner confiance en la politique en vous proposant des solutions concrètes issues du terrain, de la force du terrain.

Comme je le fais depuis le début de mon engagement public, je viendrai à votre rencontre dans chacune de nos communes lors des prochaines semaines. J’ai déjà hâte d’échanger avec vous, simplement et directement, et j’espère pouvoir compter sur votre soutien comme vous pourrez toujours compter sur le mien.

Bientôt les législatives: pour une République enfin exemplaire !

 

Alexis de Tocqueville observe dans « De la Démocratie en Amérique » qu’un régime démocratique gouverné par des élus sans légitimité et probité est aussi détestable qu’une monarchie absolue.

 

Jamais le contexte économique n’aura été aussi tendu, appelant de la part de l’Etat à une réduction de ses dépenses et de la part des Français à des sacrifices supplémentaires. Il faut, leur dit-on, « se serrer la ceinture ». Or, comment redresser un pays dont les futures générations sont condamnées à vivre à crédit ? Pour autant, en exigeant un effort supplémentaire des Français, sans s’y soumettre eux-mêmes, les responsables politiques commettent une faute morale.

 

534 et 183, c’est en millions d’euros ce que l’Etat verse chaque année respectivement à l’Assemblée nationale et au Sénat pour la rémunération de leurs membres et le fonctionnement des assemblées. Sans compter le fonctionnement et la gestion du régime spécial de retraite des parlementaires. Il est ainsi vital que nous réorganisions notre fonctionnement parlementaire, en créant notamment un véritable statut de l’élu. Ce statut devra s’articuler autour de trois axes principaux : réduction du nombre de parlementaires, encadrement du cumul des mandats dans le temps, suppression du régime spécial des retraites des parlementaires.

 

Réduire le nombre de députés à 400 et de sénateurs à 150, c’est le préalable à toute réforme. Quand un pays de plus de 320 millions d’habitants, les Etats-Unis, peut être efficacement gouverné par 480 représentants et 80 sénateurs, un pays de moins de 70 millions d’habitants, la France, peut s’en passer de 577 députés et de 348 sénateurs. Ainsi, d’une part, nous accroitrions l’audibilité des élus et leur légitimité, tout en faisant des économies dans le fonctionnement des assemblées parlementaires.

 

Encadrer le cumul des mandats dans le temps ensuite. Une République dont les assemblées ne se renouvellent réellement que tous les 20 ans – et encore, ce n’est pas une démocratie mais une aristocratie. Il faut une véritable incitation au renouvellement politique, qui ne peut se faire sans changement des pratiques et donc des visages. Ainsi, un parlementaire ne doit pouvoir qu’effectuer plus de trois mandats consécutifs (c’est-à-dire 15 ans). Il ne doit pas pouvoir se représenter une quatrième fois d’affilée.

 

Supprimer le régime spécial des retraites des parlementaires enfin. Un élu, c’est un citoyen comme les autres, ni plus ni moins. Et pourtant, lorsqu’un citoyen cotise 1€, il touchera 1,5€ au titre de la pension de retraite s’il est salarié, 2€ s’il est fonctionnaire. Tandis que le parlementaire cotisant 1€ touchera 6,1€ au titre de sa pension de retraite. C’est pourquoi, la prochaine réforme des retraites devrait comporter la suppression de tous les régimes spéciaux de retraites, y compris celui des parlementaires. A ce titre, il doit être traité comme tout citoyen lambda et être affilié au régime de retraite de droit commun. C’est un préalable indispensable pour que les Français reprennent confiance en ceux qui les gouvernent et représentent.

 

Il faudra par ailleurs que les anciens présidents de la République et certains anciens ministres cessent de bénéficier indéfiniment des avantages faramineux qui sont les leurs (bureaux, véhicule, chauffeur, garde…). La sécurité et le confort de notre personnel politique doit avoir des limites raisonnables. Faire de la France le plus exemplaire des pays, voilà l’ambition vers laquelle nous devons nous tourner.

Ma réaction suite au 1er tour de l’élection présidentielle

« Je pense d’abord à tous les amis fidèles qui ont soutenu la droite et le centre jusqu’au bout. Je souhaite les remercier du fond du cœur. Je me suis engagé pleinement dans cette campagne pour les représenter et défendre nos valeurs. C’est un échec et la déception est profonde.
Il est néanmoins nécessaire de prendre position le plus clairement possible.
Militant ou élu, je me suis toujours battu et fermement opposé au parti de l’extrême, dont la seule ambition est d’entretenir le mal des Français pour prospérer. Nous l’avons toujours battu en proposant des solutions concrètes comme nous le faisons à la région Hauts-de-France.
Dans cette campagne étrange, Emmanuel Macron a su incarner le renouvellement attendu de la classe politique par les Français. En dépit de certaines divergences sur son programme, c’est un sentiment que je partage profondément. C’est pourquoi je voterai pour lui au 2e tour de la présidentielle. Je continuerai de porter ces valeurs et à travailler pour que les français retrouvent confiance en la politique. »

Bonne orientation !

http://alexismancel.fr/wp-content/uploads/2017/03/IMG_2760.jpg

Pensées pour les 250 000 élèves lycées de la région Hauts-de-France qui jusqu’à ce soir, choisiront leur orientation.

C’est une décision importante mais malgré tout relative.

Je suis persuadé que le monde d’aujourd’hui nous invite et nous incite à constamment apprendre, à nous former sans cesse aux évolutions exponentielles de notre société.
Le temps des carrières longues est révolu et les lycées de la promotion 2017 savent déjà qu’ils changeront plusieurs fois de voies. Il est fort possible qu’ils échoueront mais pas d’inquiétude, l’échec est formateur. Ils se relèveront pour trouver in fine leur place. Ils y forgeront un savoir faire dont ils seront les seuls propriétaires.
L’Etat je l’espère saura les accompagner en les libérant, en les soutenant et en les formant perpétuellement car ils devront sans cesse s’adapter aux métiers de demain.
C’est aussi à nous, élus régionaux, de nous mobiliser à leurs côtés car notre plus grande responsabilité reste de leur garantir un meilleur avenir que le notre.

Succès pour l’opération « Région, j’écris ton nom »

La fusion du Nord Pas-de-Calais et de la Picardie est l’occasion unique de donner un nouveau nom à notre région. Il est vrai que ni l’une ni l’autre des deux régions ne jouissent d’une très bonne image à travers le pays. Quoi de mieux pour repartir sur de meilleures bases qu’un nouveau baptême ?

Notre région est la plus jeune de France. Avec un habitant sur trois en dessous de 25 ans, notre équipe régionale a souhaité qu’il revienne aux jeunes lycéens de choisir le nom de leur région.

Le nom devant être trouvé pour notre séance plénière du 14 mars, nous avons organisé la grande consultation dans des délais très courts, du 22 février au 4 mars. La plupart des chefs d’établissement ont répondu favorablement à cette consultation et ont procédé de façon totalement autonome à des sondages, des réunions de travail ou d’autres rencontres pour solliciter les élèves.

Par ailleurs, les Conseillers Régionaux se sont fortement impliqués dans cette opération en intervenant directement au sein des lycées volontaires.

J’ai notamment pu venir à la rencontre des lycéens de Félix Faure, Paul Langevin ou encore du Saint-Esprit à Beauvais. L’accueil formidablement chaleureux du personnel des établissements mais également des élèves a fait de cette opération une vraie réussite. Sous forme de grandes réunions comme dans le Lycée Félix Faure, ou en échanges resserrés avec les délégués de classe comme à Paul Langevin ou au Saint-Esprit, les élèves se sont particulièrement impliqués et ont été sensibles à notre visite. C’est d’ailleurs pour la quasi-totalité d’entre eux la première fois qu’il rencontrait un élu régional, l’occasion d’aborder d’autres thèmes comme leur orientation professionnelle ou même la politique en générale.

Parmi les nombreuses propositions des lycéens, des suggestions originales comme « Chticardie / Nordcardie » ou plus classiques « Nord » ont été débattues en prenant en compte l’héritage historique, culturel et économique de notre région. Les jeunes élèves déjà tournés vers le monde ont bien noté l’importance d’avoir un nom « facile à exporter et à prononcer en Anglais ». Les lycéens du Beauvaisis, davantage tournés vers Paris, se sont dits eux prêts à abandonner les mots Nord et Picardie.

C’est finalement « Hauts-de-France » qui semble faire consensus. Valorisant pour certains, facile à prononcer et à repérer pour d’autres, les nombreux lycéens semblent avoir fait leur choix. Reste à savoir si ce choix sera le même que leurs camarades du Nord!

Dans l’exercice de mes responsabilités régionales, j’ai également profité de ces visites d’établissements pour faire un point avec les proviseurs mais également l’ensemble du personnel sur les thèmes qui touchent directement la région, à savoir l’entretien ou encore les politiques éducatives comme par exemple, les échanges internationaux aujourd’hui nécessaire pour la jeunesse.

IMG_1956 IMG_1966 IMG_2045 IMG_2046 FullSizeRender

Opération « Région, j’écris ton nom »

Le 14 mars prochain, nous devrons rebaptiser notre grande et belle région Nord Pas-de-Calais Picardie.

C’est une formidable occasion de donner un nouveau départ à notre territoire qui injustement jusqu’ici, bénéficie d’une réputation qui n’est pas à sa hauteur.

Avec un habitant sur quatre en dessous de 25 ans, nous avons souhaité donner l’opportunité aux jeunes de choisir le nom de leur région. Au delà d’être un atout essentiel, notre jeunesse est notre avenir, il est naturel que les Lycées prennent pleinement part à cette décision importante.

Cette consultation aura lieu à partir de lundi jusqu’au 24 février dans tous les lycées de notre région.

J’ai une confiance totale en leur choix mais je me rendrai la semaine prochaine auprès des lycéens de mon territoire pour leur présenter ce beau projet et répondre à toutes leurs interrogations.

En cliquant ci-dessous, vous pouvez consulter le kit pédagogique ainsi que la vidéo de notre Président Xavier Bertrand.

A très vite,

Alexis

Temporaire

Pour l’avenir de la France, Bruno Le Maire doit se présenter à la primaire!

alexis mancel bruno le maire

Le 20 novembre aura lieu le 1er tour de la primaire de la droite et du centre. Cet événement marquant de l’année 2016 attire déjà l’attention des Français car il déterminera le candidat qui affrontera d’ores et déjà le casting bien connu François Hollande – Marine Le Pen. Certes nous sommes un vieux pays et la pratique de la politique s’inscrit hélas dans la durée. Néanmoins, comment rester immobile quand on constate que la quasi-totalité des Français souhaite un renouvellement de la classe politique ?

La campagne des régionales a duré longtemps et le message du terrain a été reçu 5 sur 5 : la politique n’est plus à la mode et plus personne n’y croit. En 30 ans, la parole publique a perdu toute sa crédibilité et qu’en reste-t-il aujourd’hui ? Un triple sentiment de désaveu, de mépris et souvent de colère laissant place à un vide sidéral…

Dans un tel contexte, il est de notre devoir d’entendre la volonté des Français et de leur proposer d’écrire une nouvelle page radicalement différente et c’est pourquoi j’appelle Bruno Le Maire à se présenter aux primaires.

J’entends déjà dire « Oui c’est vrai que c’est le meilleur, mais il n’a aucune chance de gagner ». A raisonner de cette façon, Georges Pompidou n’aurait jamais gagné, ni Valéry Giscard d’Estaing et encore moins Jacques Chirac.

Bruno Le Maire a la droiture du Général de Gaulle, la sérénité d’Alain Juppé et la détermination de Nicolas Sarkozy. Il a déjà prouvé par le passé, sur le cumul des mandats ou la démission de la fonction publique, qu’il s’appliquait personnellement ce qu’il proposait et dispose déjà d’une longue expérience politique.

Depuis plusieurs années, il sillonne la France pour proposer aux Français un contrat de renouveau démocratique en martelant les valeurs qui sont les siennes d’exemplarité, de vérité de rassemblement et de courage. Il ne se place nulle part sur l’échiquier politique simplement parce qu’il arrive à transcender les clivages, à dépasser les querelles politiciennes dont les Français ne veulent plus. Il ne s’inscrit pas dans les petites phrases ou les attaques personnelles d’un autre temps, il trace sa route depuis 10 ans en misant sur le terrain et la sincérité.

De la baisse du nombre de parlementaires à la réécriture du Code du Travail en passant par son projet primordial sur l’éducation qui est le ciment de notre nation, Bruno Le Maire est en avance sur tous les sujets et sa clairvoyance est un atout absolument majeur pour notre pays.

Pour toutes ces raisons j’appelle appelle Bruno Le Maire à se présenter à la primaire de la droite et du centre.

Tous les électeurs Français pourront participer à ce scrutin et je suis fondamentalement convaincu qu’à l’image d’autres pays, ils auront l’audace de faire le choix d’un candidat qui est en rupture totale avec le passé et résolument tourné vers l’avenir!

alexis mancel bruno le maire

La région doit soutenir le sport !

C’est avec beaucoup de plaisir et d’admiration que j’ai pu assister au Tournoi international 14 ans de la Troesne qui a vu le couronnement pour la toute première fois d’un picard en simple messieurs!
Bravo à l’axonnais Clément Chauvin pour sa victoire!

Notre région joue un rôle un rôle essentiel dans le développement du sport.

En tant que membre de la commission dédiée aux sports mais surtout en tant que pratiquant, je soutiendrai toutes les actions entreprises en faveur du rayonnement sportif de notre territoire.
Voilà pourquoi j’ai tenu à me rendre à Tourly pour soutenir Marc Ginfray, le formidable Président du Tennis Club de la Troesne et l’organisateur de ce beau tournoi ! Bravo également à tous les bénévoles pour leur dévotion, aux Maires pour leur enthousiasme ainsi qu’aux familles pour leur accueil!

12716364_10153897627708698_6622315975244130863_o 12733529_10153897627718698_2464904448480694403_n 12717206_10153897626248698_6444907043215238733_n

Nos habitants ont du talent !

Ce que Jean-Luc Marmey fait de sa créativité et de ses mains est absolument magique. J’ai eu le plaisir et l’honneur de rendre visite à cette personnalité surprenante dans son atelier JLM Concept Cars à Frocourt.

Ingénieur au Conservatoire National Arts et Métiers, Maître Artisan labellisé Made in 60, Jean-Luc Marmey est un véritable exemple de ce qui se fait le mieux dans notre région sur le plan de la construction artisanale.
Amateur de véhicules automobiles, Jean-Luc a transformé sa passion en métier : imaginer et construire de toute pièce entièrement sur-mesure des véhicules à trois roues. De son « Trike » inspiré de la légendaire AC Cobra en passant par son invention de moto trois roues pour personnes à mobilité réduite, l’unique savoir-faire et le génie de Jean-Luc font de lui un créateur hors norme qu’il faut absolument accompagner.
C’est donc naturellement à titre personnel mais également en tant que Conseiller Régional que je soutiendrai Jean-Luc Marmey dans le développement de son entreprise devenu une petite pépite régionale !

c4b2589b-3751-4913-a83c-6fcd625bc658 179142a4-3a94-44ea-a6e4-918e5ebfa5ea 104-le-modulable-jlm-concept-cars-avec-jean-luc-marmey-035

Pour la consultation sur le nom de la région qui aura lieu en février j’appelle à voter Hauts-de-France

hauts de france

Xavier Bertrand, nouveau Président de la Région Nord Pas-de-Calais Picardie, a annoncé ce matin qu’il organiserait en février une consultation pour le nom de la région.

Le choix du nom de la région est un élément déterminant pour notre avenir. C’est un peu comme l’appellation d’un nouveau-né : il doit faire le consensus entre les deux parents car on ne peut pas revenir en arrière. Il doit synthétiser de manière brève, si possible, ce que nous sommes et ce que nous aspirons à devenir.

Le nouveau nom de la région marquera notre identité. C’est par ce nom que rayonnera notre territoire sur le plan national mais également international.

L’appellation actuelle Nord Pas-de-Calais Picardie présente de nombreux défauts, en commençant par celui d’être trop long. Pour les férus d’histoire, beaucoup disent qu’elle est représentative de nos deux anciennes régions mais c’est oublier qu’à l’origine, la quasi-totalité de l’Oise ne faisait pas partie de la Picardie. Enfin, cette nouvelle grande région devant se débarrasser de la mauvaise image dont elle est victime, quoi de mieux qu’un changement de nom pour lui redorer son blason?

Notre région dispose de formidables atouts qu’il s’agit de mettre en valeur dans ce nouveau nom.

Pour incarner ce renouveau dont nous avons besoin, je souhaite que notre région épouse le nom audacieux, mélodieux et symbolique de « Hauts-de-France ».

Hauts-de-France c’est d’abord une signification géographique essentielle qui assure une réelle identité territoriale.

Hauts-de-France c’est la garantie que notre région est facilement prononçable par tous et qu’elle restegravée dans l’esprit des Français mais également de nos amis étrangers.

Hauts-de-France est le signal fort de la volonté de notre région à redevenir le fer de lance de notre pays grâce à ses nombreuses ressources.

Hauts-de-France est l’occasion unique pour nos deux anciennes régions de partir unies en se rangeant derrière un seul et même étendard.

Hauts-de-France est enfin le rappel indispensable que notre région a marqué l’histoire de notre pays et qu’elle mérite de porter fièrement son nom, la France.

Pour toutes ces raisons, je m’engage avec une immense ferveur à défendre le nom de Hauts-de-Francepour que les 6 millions d’habitants de notre région puissent porter haut et fort ce nom qui les ressemble et qui les rassemble !

1 2 3 4